Jeudi 6 décembre 2012 - 14h30
Université Toulouse 2 le Mirail - amphi à définir
Illustration conférence Lebrun
Conférence de Marcel LEBRUN
Quand les technologies dialoguent avec les pédagogies à propos de l'innovation
Réflexions sur "l'école" à l'ère numérique

Les questions relatives aux impacts du numérique dans l'éducation et la formation font couler beaucoup d'encre. Entre discours enthousiasmants, résistances farouches et déconvenues fracassantes, entre les potentiels des TICe et les nécessités de faire évoluer leurs contextes d'implantation, il est bien difficile de tracer un cheminement fertile pour que nous, humains, ne restions pas au bord des autoroutes de l'information qui nous submerge et de la communication qui nous épuise. Il ne s'agit pas d'ajouter une couche technologique aux habitudes de transmission des savoirs prises à l'époque où le livre était rare. L'école (au sens large) demande une révision profonde. D'espace "privé" en lieu et temps, elle devient plus que jamais espace d'écolage pour la société complexe, espace mobile pour un apprentissage toute la vie durant. Les classes inversées ou flipped classrooms, les Learning-Lab … nous montrent le chemin mais la route sera longue. Il ne s'agit en effet pas tant d'outils, de méthodes que de changements de mentalités. La nécessité de ces changements, de ces états d'esprit est évidente, les technologies sont là au moment opportun (à la fois cause et solution, à la fois remède et poison comme dirait Socrate) … tout y est. Oui, mais quels sont les moteurs et les freins de l'innovation ?
Parmi les conditions qui émergent des études (Lebrun, 2007), celle de l'alignement, de la cohérence entre les objectifs (aujourd'hui, après les compétences, les learning outcomes), les méthodes mises en place pour les atteindre et les évaluations de cette atteinte par les étudiants (Biggs, 2003) est fécond : il manque dans ce modèle, selon nous, les outils (ressources, instruments et réseau) qui pourtant imprègnent ces piliers de la construction de dispositifs à valeurs ajoutées. En effet, les objectifs exprimés en termes de compétences (recherche d'information, esprit critique, travail d'équipe, communication ...) sont colorés par le numérique; les méthodes orientées vers l'apprentissage effectif et augmenté seront soutenues par ces mêmes outils. Pourquoi sont-ils si peu présents dans nos "référentiels de compétences" ?
D'autres recherches (Lebrun, 2009) ont étudié les stades du développement professionnel des enseignants. Les services de pédagogie universitaire se développent un peu partout mais, les effets, intéressants certes, restent ponctuels, localisés dans des enclaves, peu modélisés et donc peu transférables.
Les mutations sont lentes (ré-apprendre la patience à l'ère du numérique ?) et le danger de fossilisation des pratiques nous guette. Les enjeux sont énormes et finalement "les technologies nous ont condamnés à devenir intelligents" (M. Serres).
Modifié le: lundi 30 juin 2014, 12:00